Du beau temps à DDU

En ce moment à DDU, on voit enfin le soleil après 3 semaines de temps venteux provoquant un effet de « chasse neige » et des chutes de neige.

Avec Mireille et Boris alias la météo et la radio, nous avons décidé de partir pique niquer sur l’île du Derby.

DSC_8907Elle se situe à environ 1h30 de marche.

La neige sur la banquise était très dur provoqué par les forts coups de vent et de la température qui ,ce jour, était en dessous de -25°C, idéal pour marcher.

IMG_0466

Sur notre route nous avons rencontrés plusieurs manchots Empereur qui revenaient de la mer. Ils avaient vraiment l’air fatigué mais tout propre, bien gros et toujours aussi curieux.

IMG_0490

La base en ce moment est très active car il y a un tournois de fléchette qui confronte les différentes bases de l’Antarctique.

On utilise un système de vidéo conférence (Polycom) ou Skype pour pouvoir communiquer, c’est une très belle expérience.

Il y a aussi le festival du film Antarctique qui débute demain (01/08/15). Le but étant de réaliser deux films un « libre » et un en 48h avec des contraintes imposées. Des réunions sur : comment s’organiser, qui fait le script du film, le montage, il y en a.

Je vous tiens au courant sur le tournage du film et la continuité de la vie à DDU.

A bientôt.

IMG_0452

IMG_0475

Publicités

Le repère des Glacios

Base 1

Pour cette nouvelle présentation d’un des bâtiments de la base, je porte mon choix sur le bâtiment de nos deux compères, Guillaume et Stéphane, j’ai nommé Glacio.

IMG_0306

Pour pouvoir vous expliquer simplement ce qu’il font à DDU, j’ai posé à Guillaume quelques questions sur leur vie de tous les jours.

Le bâtiment comporte plusieurs salles dont un bureau, une salle blanche mais il préfère l’appeler « propre », une pièce avec des pompes et un endroit pour dormir (c’est le bâtiment le plus éloigné du 42, en cas de mauvais temps ils peuvent dormir sur place).

On dit Glacio de glaciologue mais ils sont plus des chimistes que des glaciologues.

Ils travaillent essentiellement pour le programme CESOA.

C’est orienté sur la chimie atmosphérique du souffre anion et cation en suspension dans l’atmosphère.

Ils ont  des prélèvements à faire sur des filtres et de l’air dans des bombonnes. Ça représente 3 prélèvements tous les deux jour de décembre à mars et 1 tous les deux jours en période hivernale.

Pour le prélèvement d’air des bombonnes, c’est tous les jours avec une analyse une fois par semaine.

Cela leurs permet de récupérer les ions non particulaires présents dans l’atmosphère.

La salle "propre"
La salle « propre »

Divers appareils de mesure

Dans la salle blanche il y a un frigo, un congélateur, divers appareils de mesure ainsi que des hottes pour les manipulations dites sensible.

Ils ont aussi des mesures en continue dans la salle des pompes.

la salle des pompes
la salle des pompes

Ils font des mesures d’ozone, de mercure, et effectuent des changements de filtre une fois par semaine pour mesurer l’ozone et les isotopes.

Au milieu du bâtiment il y a une grosse machine qui intrigue la première fois qu’on y rentre.

Le compteur de neutrino utilisé par Géophy
Le compteur de neutrino utilisé par Géophy

C’est un compteur de neutrino qui sert à quantifier le rayonnement solaire qui arrive à sa surface.

Ce n’est pas du domaine des glacios mais celui du Magné-Sismo, autant dire Julien.

Nos glacios sont de sacré moteur pour la vie de la base. Entre les soirées à thème et les petit dej amélioré du dimanche ils sont au top. Stéphane a été notre Onzetas pendant la Mid.

Voilà pour la présentation de Glacio.

A bientôt.

Nouvelles du mois de Juin, Juillet

Me voilà de retour après quelques semaines de silence.

C’est vrais que la Mid prend du temps à s’organiser et à s’apprécier. C’est aussi un moment de répit côté professionnel même si on fait en sorte que la centrale fonctionne et soit sous surveillance (quart de jour et de nuit) ainsi que les routines des météo, glacio, ornitho, … bref pas de répit complet à DDU.

Pour revenir à la Mid Winter, la célébration du jour où la période de nuit est la plus longue pour aller vers les beaux jours, elle s’est bien déroulée.

Au programme, des activités en pleine air comme une course d’orientation, pétanque,…. un fil rouge avec un jeu nommé « Killer ».

Des soirées à thème, des repas gérés non pas par le cuistot (car lui aussi a le droit à du repos) mais par l’ensemble de la base en équipe de deux ou trois.

Du repas dans le noir aux tartes flambées c’était une semaine riche en goût.

Pour les photos de la Mid, je n’en mettrai  pas sur mon blog car c’est une fête qui nous appartient, qui se vie ici, isolé dans cet endroit si décalé de nos habitudes en métropole.

Pour ce qui est de la météo, on commence maintenant à ressentir la présence du soleil (+7min de soleil par jour).

Le vent s’en donne toujours à cœur joie (des moyennes à plus de 100km/h et des rafales à plus de 140km/h pendant le mois de jun).

Pendant votre épisode de canicule en France, nous avons aussi eu un épisode de « grosse chaleur » pendant une journée (curieuse coïncidence) avec un -4°C en début de journée qui c’est terminée par un -18°C (la tendance du moment c’est plutôt entre -20°,-25° température réel et non ressenti !!).

Et les manchots me direz  vous ?

Pour faire simple, pendant le mois de Juin les femelles on commencé à pondre. Une fois la ponte effectuée, elles donnent leur œuf (un manchots empereur ne fait qu’un seul œuf) à leur mâle (on appel cela la passation). Elles peuvent partir en mer pour se nourrir et prendre de la nourriture en plus, pour pouvoir nourrir le poussin à leurs retour. Pendant ce temps les mâles font attention de ne pas faire tomber l’œuf et de le garder bien au chaud.

Depuis une semaine on a des premier chant de poussin et des retour de femelles, c’est la folie à la colonie !

Une des deux colonies
Une des deux colonies
Retour des femelles
Retour des femelles
Couple d'Empereur
Couple d’Empereur et leur poussin
La petite tête du poussin dépasse de temps en temps de la poche
La petite tête du poussin dépasse de temps en temps de la poche
Un poussin au chaud
Un poussin au chaud

On entend facilement le chant des poussins mais les repérer dans la colonie est moins évident.

Pour éviter que les petits soient bousculés, les couples se placent au bord de la colonie mais il faut avoir l’œil car les poussins se confonde facilement avec les griffes des pattes.

N’oubliez pas que lorsque l’on sort, on porte le masque pour nous protéger du vent. L’écran de l’appareil photo n’aime pas le froid donc la plupart des clichés son prit avec l’œillé.

Il y aura d’autres photos d’ici quelques semaines quand il y aura plus de naissance.

A bientôt.